L’atelier 2019-2020

École des Mines de Paris

60 boulevard Saint-Michel, Paris, métro Luxembourg

horaire : 9h30 à 12h30, salle indiquée à l’entrée

 

 L’atelier « deuxième vie des objets» prolonge en 2019-2020 ses rencontres qui constituent depuis 2011 un espace régulier d’échanges et de circulation des savoirs entre chercheurs, jeunes ou plus confirmés, travaillant sur l’appropriation des restes. Que ce soit au sein des sociétés de consommation et d’abondance, ou dans celles marquées par la pénurie des ressources, la production de déchets est importante, et une multitude de solutions de gestion, des plus industrielles aux plus artisanales, se développent. On observe de nombreuses pratiques de collecte et de transformation des objets, associées à des circuits marchands, associatifs ou privés. Le séminaire étudie depuis 2011 ces solutions, comme autant d’usages particuliers de la culture matérielle et des territoires.

Séminaire animé par Jeanne GUIEN (CETCOPRA, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Daniel FLORENTIN (maître-assistant en environnement à l’ISIGE Mines ParisTech) .

 

Calendrier des séances

jeudi 3 octobre 2019 : Les déchets liés à la construction et à leur réemploi

  • Agnès Bastin, CERI (Sciences Po), “les terres excavées en Ile-de-France : entre “gros déchet” et ressource pour l’aménagement urbain”
  • Jean Souviron, BATiR (Université Libre de Bruxelles), ” L’efficacité énergétique aux dépens de la réparabilité. Éléments d’une histoire environnementale de la fenêtre, France et Belgique, 1945-2020″

jeudi 28 novembre 2019 : Les déchets nucléaires

  • Sophie-Poirot-Delpech et Laurence Raineau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA) – Le stockage géologique des déchets nucléaires : enfouir pour oublier ?

Le nucléaire civil est emblématique des nouveaux risques auxquels nous confrontent certaines techniques contemporaines. Ce risque apparait d’abord sous les traits de l’accident, dont Tchernobyl et Fukushima sont les témoignages les plus forts. Pourtant, les déchets produits par le fonctionnement « normal » de cette industrie, dont la durée de vie se compte pour certains d’entre eux en millions d’années, nous confrontent à un danger inédit qui ne répond plus à la gestion classique des risques. Sur de telles échelles de temps on ne peut s’en remettre à la technique pour confiner ces déchets, ni aux institutions pour les surveiller et les reconditionner périodiquement jusqu’à leur innocuité. La réponse envisagée aujourd’hui est leur enfouissement dans les couches géologiques profondes. Un laboratoire souterrain à Bure en Lorraine, où un futur site de stockage est en projet, en étudie la faisabilité in situ. La capacité de la terre à confiner ces déchets sur des milliers d’années fait polémique. Mais une autre question divise : celle du devenir du site en surface. Faut-il que tout soit fait pour l’oublier ou faut-il en assurer la mémoire pour en protéger les Hommes du futur (et dans ce cas comment le faire) ?

  • Romain Garcier (ENS Lyon, UMR EVS) – Recycler les déchets nucléaires

Son intervention reviendra sur les métriques liées aux déchets nucléaires et à ses variations territoriales pour permettre le recyclage ou non des déchets nucléaires. Leur construction constitue un enjeu de connaissance important.

jeudi 6 février 2020 : L’après-mine

 

jeudi 23 avril 2020 : Les déchets médicaux