Étiqueté : Afrique

Vient de paraître: Car connection, la filière euro-africaine de véhicules d’occasion (M. Rosenfeld, Karthala 2017)

Cet ouvrage nous invite à suivre le trajet de ces voitures de l’Europe jusqu’à l’Afrique, et soulève de nombreuses interrogations en termes écologiques, économiques et politiques, donnant ainsi à voir une autre dimension de la mondialisation économique. Pour plus de renseignement, voir sur le site de l’éditeur...

Catalogue multimédia interactif: Amulettes et objets magiques collectés dans les ordures du Sénégal

Vous trouverez ci-dessous le lien de téléchargement du catalogue multimédia interactif (45 MO, lien valable jusqu’au mercredi 16 mars 2016) établi par Alain Epelboin pour le musée de l’Homme et consacré aux Amulettes et objets magiques collectés dans les ordures du Sénégal  (collection ALEP – Alain Epelboin) 1983-2016. Catalogue multimédia...

En ligne, catalogue de l’exposition sur les amulettes et objets magiques collectés dans les ordures

Le catalogue multimédia de l’exposition réalisée en 2014 à l’IMA de Tourcoing « Arts secrets : les écritures talismaniques d’Afrique de l’Ouest » est en ligne: Epelboin A., Hamès C. & al  Collection ALEP : amulettes et objets magiques collectés dans les ordures (Mbebess Joal, Mbour, Sénégal, Afrique, Europe)...

Exposition: Un Art secret du 9 septembre au 21 décembre 2014

En Afrique de l’Ouest, des hommes répondent aux besoins intimes des populations en les recevant en consultation. Parmi les solutions qu’ils leur proposent figurent, de façon non exclusive, la confection de talismans à écriture.

Leur origine ne se trouve pas en Afrique, mais dans le monde musulman arabe. Les modèles les plus répandus sont ceux d’al-Bûnî (m. 1225). Transcrits sur papier, les talismans sont confiés à un cordonnier qui les coud dans diverses sortes d’amulettes. Le client, la plupart du temps illettré en arabe, ne voit jamais les écritures, exception faite des rares objets et tuniques à écriture apparente.

Sur la question du caractère autorisé ou non des pratiques talismaniques, les docteurs musulmans ont des avis divergents (ikhtilâf). Les besoins auxquels répondent les talismans peuvent souvent être découverts à partir des textes qui les composent. Ils poursuivent deux grands types d’objectifs : l’évitement ou la protection du malheur et la réalisation d’une palette de souhaits.